ARTICLES - liste - SURVOL - CHERCHER - PDF - OVERVIEW

INTRODUCTION   EN

"Dans notre société très policée, nous reconnaissons qu'une maladie est grave à ce que nous n'osons pas en parler directement. [...] Mais lorsque le silence ou les ruses du langage contribuent à maintenir un abus qui doit être réformé ou un malheur qui peut être soulagé, il n'y a pas d'autre solution que de parler clair et de montrer l'obscénité qui se cache sous le manteau des mots."
Albert Camus

CE SITE   in ENGLISH

Sur ce site, on s'efforcera de vous dire ce qu'on sait, aujourd'hui, des maladies mentales chroniques les plus graves, comme par exemple et surtout ce que les psychiatres appellent "la" schizophrénie.

LE SYSTEME DES FICTIONS   in ENGLISH

En Belgique, notre société s'enorgueillit d'un système de sécurité sociale et de soins de santé dont on nous dit qu'ils seraient souvent cités en exemple dans d'autres pays. Pourtant, que fait-elle pour les victimes des maladies mentales chroniques?

2001, ANNEE DE LA SANTE MENTALE

Les objectifs que se fixe "2001 Année de la Santé Mentale"

SANTE MENTALE

Ceux qui emploient ces deux mots accolés ne s'accordent jamais sur leur définition claire. Une certaine confusion sur leur sens s'est donc installée dans les esprits. Cette confusion prend son origine de la peur des mots, de la crainte d'appeler les choses par leur vrai nom, mais, comme on le verra plus loin, elle trahit aussi la volonté inavouée des promoteurs de la "Santé Mentale" de choisir les solutions de facilité...

PREVENTION

(sous-entendu: des troubles mentaux)

Certains parlent de "notions de prévention, c.à.d. de 'maintien de sa santé mentale' par une certaine hygiène de vie et un recours raisonnable à des aides en cas de nécessité".

STIGMATISATION - DESTIGMATISATION

Déstigmatisation est un néologisme exprimant l'idée de la suppression de la stigmatisation (ou, par extension, celle du combat pour obtenir cette suppression), c'est-à-dire une sorte de réhabilitation, de révision d'une condamnation ou réputation infamante.

"D'où vient qu'un boiteux ne nous irrite pas, et un esprit boiteux nous irrite? A cause qu'un boiteux reconnaît que nous allons droit, et qu'un esprit boiteux dit que c'est nous qui boitons; sans cela, nous en aurions pitié et non colère."
Pascal (Pensées)

DES DIFFICULTES FONDAMENTALES    in ENGLISH

Dans leur grande majorité, nos psychiatres francophones ne semblent s'intéresser ni à la structure (l'architecture), ni aux mécanismes, ni au fonctionnement du cerveau...

DES DIFFICULTES QUOTIDIENNES...

Les malades mentaux chroniques souffrant d'une psychose sont chaque jour confrontés à de multiples problèmes très prosaïques engendrés par leur état, et cet état en rend la solution sinon impossible à tout le monde, du moins certainement et toujours à eux-mêmes.

VICTIMISATION - DIABOLISATION

Voici deux néologismes qui disent bien ce qu'ils veulent dire. Les "professionnels de la Santé Mentale" n'avaient pourtant pas encore pensé à les inventer ni imaginé de les utiliser...

EVIDENCES ESCAMOTEES

Par facilité, on sera sans doute toujours tenté d'attribuer à une prétendue stigmatisation des malades mentaux la plupart des maux dont ils sont victimes: il semble bien que, dans notre grande majorité, nous ayons encore toujours besoin d'un "responsable" sur qui rejeter la "faute" de nos malheurs, et la stigmatisation, chose anonyme et vague comme la rumeur, générale, insidieuse, détestable comme la calomnie, vient ici à point nommé pour remplir ce rôle...

LA SANTE SOCIALE

Santé Mentale n'est pas "Santé Sociale", pas plus que synonyme de paix sociale ni de maintien de l'ordre social établi.
De nombreuses O.N.G et associations (a.s.b.l.) revendiquant un rôle actif dans la "promotion de la santé mentale" cultivent soigneusement l'ambiguïté entre deux objectifs pourtant totalement distincts...

LIMITES DIFFICILES

En quoi ce qui est dit "anormal" diffère-t-il de ce qui est dit "normal"?
Si elle existe, où est la limite entre le "normal et " l'anormal "?
Dans le domaine du "mental", jamais on n'a cessé d'user de concepts et d'en inventer qui n'étaient simples qu'en apparence ...

DU POSITIF

Quelques gouttes d'espoir dans l'océan de la morosité...
Sur cette page, dès qu'on en aura connaissance, on s'efforcera d'attirer l'attention sur les avancées qui paraissent prometteuses.

POLITIQUE 1

PROJETS MINISTERIELS du gouvernement fédéral belge, qui auraient un rapport direct avec la "Santé Mentale". Deux ministres de la Santé publique successifs ont décidé de réglementer et de donner un statut légal à la profession de psychothérapeute.

MOTS DE PSYS

Les vertus thérapeutiques du rire ...

CASQUES BLEUS ?

L' Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S. / W.H.O.) a pondu un volumineux rapport sur "La santé dans le monde en 2001", consacré exclusivement à la "Santé mentale".

COUPS DE SANG

On ne peut s'empêcher d'être consterné, et de ressentir, toujours, le même agacement face à la constance sereine et imperturbable des responsables politiques et des défenseurs des malades mentaux qui s'entêtent, fort naïvement et malgré eux, à montrer combien ils sont, en réalité, ignorants de la nature et des caractéristiques des maladies mentales.

ENTRE LES LIGNES

Il faut être capable de lire entre les lignes des déclarations politiques pour en dégager la vraie signification: celle que les politiques ne désirent éventuellement pas voir ou laisser voir; il faut lire entre les lignes des rapports d'experts pour en débusquer la vérité que les experts n'osent éventuellement pas montrer aux politiques qu'ils conseillent de leurs avis.

POLITIQUE 2

PROJETS MINISTERIELS de la ministre fédérale de "la protection de la consommation, de la santé publique et de l'Environnement" . Il s'agit du projet (ou de "l'avant-projet") de Mme Magda Aelvoet, relatif aux "Droits du patient".

DROITS CONFLICTUELS

Les notions et principes défendus par les juristes, et qui ont trait aux droits permanents, inaliénables et imprescriptibles de la personne (l'autonomie, la liberté, le libre choix, etc.) semblent parfois entrer en conflit avec les droits à long terme (mettant en jeu l'avenir) de cette personne.

EUROCRATES

Sur le site Web de l'Europe on peut trouver le texte d'une "Résolution du Conseil de l'Union européenne" concernant la "promotion de la santé mentale" (sic).
Cette "Résolution" comporte 16 points...

NEW-AGE

Certains responsables découvrent ou redécouvrent, avec un certain retard, le post-modernisme. Toutes les affirmations injustifiées, aussi contradictoires soient-elles, deviennent acceptables du moment qu'elles émanent des Nations Unies, de la Communauté Européenne, de l'O.M.S., d'une instance gouvernementale belge fédérale ou régionale...

IDEES FAUSSES

Les idées fausses et les préjugés ne sont pas le monopole du grand public profane. On les rencontre aussi parmi ceux qui, dans l'exercice de leur profession, ont à s'occuper de malades mentaux chroniques. Ces professionnels, ce sont le corps médical - psychiatres ou non - et les juristes (juges et avocats).

UN AN ...

L'année 2001, dite "année de la santé mentale", n'a pas été l'année des explications véritables. Elle aurait pu l'être. Qui ne l'a pas voulu?
2001 n'a pas non plus été l'occasion d'initiatives concrètes et décisives en faveur des malades mentaux psychotiques chroniques. Elle aurait pu l'être. Qui ne le veut toujours pas en 2002?

CONTINUONS LE COMBAT !

La vérité trop longtemps occultée qui devrait éclater, nous croyons, contrairement à ce qu'affirme le proverbe, qu'elle est toujours bonne à dire et doit toujours être dite, quoiqu'elle ne soit pas toujours agréable à entendre par tous ceux qu'elle concerne.

WHOOMS

Après avoir publié son rapport 2001, l' O.M.S. persiste et signe :
" La santé mentale est un phénomène complexe ..."

PRIX (Nobel) DE (la) CONSOLATION

Tant mieux si le rêve permet de mieux supporter la triste réalité qui nous accueille au réveil.

MIRAGE PSY

Les malades psychotiques n'ont rien à espérer de la psychothérapie à base purement spéculative.

ILLUSIONS

Inventer du sens à une nuée qui n'est qu'imaginée par ceux qui en parlent, c'est construire une première illusion pour pouvoir ensuite s'en servir à créer l'illusion seconde de chasser l'illusion première (ce qu'alors ils appellent "guérir" ou "soigner").

FOLKLORES

Le sort et le bien-être des malades mentaux doivent passer avant les considérations philosophiques que leur état peut inspirer à ceux qui se chargent de les soulager. Voilà le prix à payer pour les aider vraiment.

PRIORITES

L'amélioration du sort des malades mentaux chroniques est une tâche immense. Elle comporte plusieurs priorités, dont la première et la plus urgente concerne les proches de malades: ils doivent s'organiser pratiquement pour se faire entendre des professionnels de la santé mentale et des politiques, pour enfin faire aboutir leurs revendications.

COMMENT FAIRE ?

Comment rompre le cercle vicieux de la maladie s'opposant à la dispensation des soins destinés à la combattre?

MEPRISES

Inconséquences ou confusions plus ou moins délibérées?
Nos "psys" ne font pas le poids si on les compare aux prêtres ...

HUMEURS

Quand les proches de malades se rendront-ils vraiment compte qu'une ombre d'hirondelle n'annonce pas le printemps?
Ils doivent se faire entendre et EXIGER DU CONCRET.

CASSE-TÊTE: L'ACCES AUX SOINS

Lors de la prise de décision thérapeutique, les psychiatres sont placés devant tant d'inconnu et d'incertitudes que leur réserve et leur prudence devraient être compréhensibles pour tous.

PARADOXES

Hospitaliser sous contrainte ou renoncer au traitement, les familles ont-elles le choix?

DEMISSIONS    in ENGLISH

Gagnés sans doute par la contagion à laquelle leur métier les expose, de nombreux "psys" semblent oublier leur bon sens quotidien. Faute d'explications prouvées aux troubles de leurs patients, ils en fabriquent sous forme de contes à dormir debout, véritables démissions de la raison.

DEUX ANS ...

Depuis les deux ans d'existence de Mens Sana, la recherche sur les maladies mentales ne progresse que lentement et hors de chez nous. En Belgique, les dispositions ne sont toujours pas prises non plus, qui permettraient aux malades d'attendre les progrès espérés dans des conditions plus supportables.

NON-DIT

Pour chaque mot que vous prononcez, il y a nécessairement aussi tout un dictionnaire de mots non prononcés parmi lesquels l'imagination d'un psy peut puiser pour construire du "non-dit" qu'il vous attribue.

GENETIQUE

Maladies mentales, génétique, racisme.
Défendre une bonne cause par des erreurs et de mauvais arguments, c'est la torpiller plus sûrement encore que ses adversaires déclarés ne pourraient le faire eux-mêmes.

L'AIDE

Préférer au traitement médicamenteux des rituels symboliques qu'on appelle "soins psychiatriques", c'est privilégier les simulacres, c'est renoncer à l'aide réelle aux malades.

VIOLENCE

Agressivité, violence, dangerosité.
Ne pas hospitaliser le malade mental refusant son traitement, c'est lui laisser la liberté du papillon de nuit: la liberté de se brûler à la flamme de la lampe, quoiqu'on sache qu'il finira par s'y précipiter.

SIMULACRES

Les enquêtes sur "la santé mentale" ne sont pas de l'épidémiologie. Ce sont des sondages d'opinion estimant un indice de satisfaction/de mécontentement de la population, pour que les politiques puissent y adapter leur discours en conséquence.

BON SENS

Etre malade mental, c'est ne pas pouvoir se servir au mieux de sa tête. Etre obtus, c'est ne pas savoir s'en servir. Encore faut-il être capable de comprendre la distinction.

TROIS ANS ...

D'année en année, on continue le jeu de c...

ERREURS SUR LES BUTS ET LES MOYENS

De nombreux prétendus "défenseurs" des malades mentaux voudraient bien passer pour des don Quichottes mais, malheureusement, pour la plupart ils ne sont que les moulins à vent.

PAROLE VIDES

Il faut prévoir des espaces de vie en société où celle-ci s'adapte aux malades tels qu'ils sont.

COMMENT? - POURQUOI?

Psychiatrie "biologique" ou "philosophique"?
Neurosciences ou métaphysique?

QUE CHANGER?

Les affections mentales chroniques, étant de nature cérébrale bien concrète, elles se soignent par des interventions et des aides tout aussi concrètes.

QUESTIONS

Une fois que les gens ont choisi ce qu'il leur plaît de croire, ils ne veulent surtout plus rien entendre de ce qui les forcerait à changer leurs croyances.

DU VENT

Ce n'est pas le bourdonnement des mouches tournoyant autour d'une bouse qui en améliore ni supprime le parfum.

BEQUILLES PSY

Schizophrénie, psychiatres et psychanalystes.
Veillons à ne pas confondre passe-temps et médecine.

LENTEURS

Y a-t-il un domaine où l'inertie et l'incurie sont encore plus difficiles à vaincre qu'en "santé mentale" et en psychiatrie?

QUATRE ANS ...

En février 2005, il serait grand temps que nos psys expliquent à tous, longuement et clairement, qu'ils ne sont ni médiums, ni voyantes extra-lucides ni doués de prescience, et qu'il ne faut pas leur prêter ces rôles.

RABÂCHAGES

Puisque rien ne change, rabâchons!
En psychiatrie, il n'y a pas de coupables, mais les responsables et les irresponsables sont-ils toujours ceux qu'on croit?

PRECAUTION

Etre pourvu d'un cerveau constituant, de toute évidence, un fort plausible et nécessaire facteur de risque de développer un trouble mental, ne serait-il pas de bonne politique de prévention (le principe de précaution) d'en préconiser l'ablation?

AVEUGLEMENT

Les associations de défense de malades mentaux qui croient lutter contre la stigmatisation lâchent la proie pour l'ombre et se fourvoient.

LES DROITS

Prétendre appliquer aux malades psychiatriques la loi sur "les droits du patient" ne leur offre aucune garantie de meilleure thérapeutique.

LA PUCE DANS LA POMMADE

L'onguent du politiquement correct risque souvent de contenir une puce dont les morsures pourraient corriger l'effet placebo.

COMPETENCES

Peut-on juger des compétences des psys d'après les résultats qu'ils obtiennent, comme on le fait pour toutes les autres professions?

CINQ ANS ...

Tant que nous l'accepterons sans protester, les décideurs s'en remettront aux illusionnistes pour nous faire vivre d'illusions.

CONFUSIONS

La "Santé Mentale" est chez nous une entreprise officielle très polyvalente.
Quels que soient les domaines de notre vie qu'elle vise, ses exécutants n'utilisent qu'une seule méthode: le placebo verbal. Malgré son nom, l'entreprise ignore les malades mentaux.

LES NOMS ET LES MOTS   in ENGLISH

Inventer un nouveau nom crée-t-il une nouvelle chose? Supprimer un nom abolit-il l'existence de ce qu'il désignait?
Les professionnels psy devraient vivre plus avec leurs malades et ne pas se fier qu'à leur seule imagination.

SOUFFRANCES

Soigner la "souffrance psychique" des faux malades semble plus valorisant que d'aider les vrais malades à surmonter la leur.

IL N'Y A QU'À

On ne peut se contenter de dire «il n'y a qu'à». Encore doit-on effectivement se donner les moyens de faire ce qu'«il n'y a qu'à» et s'assurer que cela marche vraiment.

SIX ANS ...

«Qui veut la fin veut les moyens.»
La Santé Mentale ne se préoccupe pas des vrais malades mentaux.

INCOHÉRENCES

Que ce soit dans la presse écrite ou d'autres médias, on trouve, à propos de la psychiatrie, des maladies mentales chroniques, des médicaments et des traitements censés les soigner, les affirmations les plus diverses et les plus contradictoires.

ENTÊTEMENT

Les manifestations apparentes de nos processus mentaux ne permettent pas d'en déduire quels mécanismes leur donnent naissance. Cela vaut pour les bien portants comme pour les malades mentaux, bien que les mécanismes neuraux des uns et des autres diffèrent.

FAUX SAVOIR

Tant qu'on n'aura pas déconstruit le cerveau, les hypothèses qu'on fera sur ses fonctions mentales ne seront que conjectures philosophiques dépourvues de conséquences pratiques d'efficacité thérapeutique prévisible.

PIÈGES DU LANGAGE ET OUBLI DE LA SÉMANTIQUE

Comment peut-on croire que le "voisinage entre neurosciences et psychiatrie puisse jamais être trop proche"?

PATIENCE

Apprenons d'abord à savoir et à faire ce qui nous est accessible. Ensuite seulement, nous pourrons rêver à ce qui ne l'est pas encore.

LA COM

Loin de s'attaquer concrètement aux vrais problèmes, à tous niveaux on fait de la "COM". Ceux qui la font montrent ainsi qu'ils existent et la plupart s'en tiennent à cela: cela semble leur suffire.

PENSER

Si penser juste est difficile, croire sans savoir et rêver sans réfléchir ne demandent aucun apprentissage ni effort.

RÊVERIES. PHILOSOPHIE DES CONCEPTS FLOUS

L'imagination n'est pas le pouvoir.
Nous ne pouvons voir de nous-même qu'un reflet toujours inversé et peut-être déformé chez certains.

CONSTATS

Si les "psys" expliquaient ce qu'ils savent des maladies mentales en évitant d'inventer ce qu'ils en ignorent, leur discours deviendrait à la fois plus court, plus crédible et sans doute plus utile.

MISSION IMPOSSIBLE

Comment convaincre tous ceux concernés par le sort des malades mentaux de mettre en commun les savoirs éprouvés qu'ils ont déjà acquis, afin de réduire d'autant les ignorances et les croyances erronées qu'ils conservent encore? Serait-ce une mission impossible?

SUPERSANTÉ

La santé mentale n'est ni la santé politique ni la politique de santé.

«La quête de la santé est un symptôme de mauvaise santé. Quand cette quête cesse d'être une aspiration personnelle mais devient partie d'une idéologie d'État - c.à.d. en bref, du "sanitarisme" - elle devient un symptôme de maladie politique.» Petr Skrabanek

LOGISTIQUE?

Une "stratégie" de la Santé Mentale ignorant délibérément la logistique correspondante n'est qu'un slogan publicitaire sans résultats pratiques: on peut être sûr que "l'intendance ne suivra pas".

PROMESSES

Tant qu'on ne se sera pas donné les indispensables moyens financiers et humains, les nouveaux "grands chantiers" annoncés de la santé mentale continueront, comme par le passé, à n'être que des phrases pleines de promesses impossibles à tenir.

VULGARISATION

Victor Hugo, dans "Océan", disait: «Il y a deux manières d'ignorer les choses: la première, c'est de les ignorer; la seconde, c'est de les ignorer et de croire qu'on les sait. La seconde est pire que la première.»
Sans doute devrait-on en ajouter une troisième, plus pernicieuse encore: celle de les enseigner, malgré qu'on les ignore.

RÉSEAUX

Si les protestataires privés de moyens et opposés aux dictatures dans différents pays parviennent à s'organiser et à coordonner leurs actions grâce à Internet et à ses réseaux, qu'attendent nos responsables de la "Santé Mentale" en Belgique pour s'inspirer de cet exemple très économique et efficace?

APORIES

Qui donc aura-t-il le courage d'extirper de la psychopathologie les nombreuses croyances illusoires qui l'encombrent et empêchent de distinguer les notions scientifiquement avérées?

PÉNURIE

Unifier, dynamiser leurs associations professionnelles pour en accroître l'influence, réhabiliter l'image de leur discipline auprès des futurs médecins, tels sont les objectifs des psychiatres de Flandre pour pallier la "pénurie" de psychiatres. Charité bien ordonnée... L'intérêt pour les malades suivra-t-il?

IDÉOLOGIES

Pas plus que la science, aucune bonne médecine, et même la médecine psychiatrique ne peut faire bon ménage avec des idéologies.

PRÉDICTIONS

Les trois P (politiciens, prêtres, "psys") ne vivent, ne se maintiennent et ne survivent qu'aux dépens de ceux qui écoutent leurs prédictions et veulent y croire.

FABRICATIONS

Quand on est sérieux et honnête, on dit ce qu'on sait, on ne cache pas ses ignorances mais on les reconnaît.
Dans quelque métier que ce soit, rémunéré ou non, ceux qui procèdent autrement, même sous prétexte de charité, trompent leur clientèle: ils trichent sur la "marchandise vendue" qui n'est qu'une illusion.

PROBLÈMES DIFFICILES

La recherche biologique sur le cerveau et son fonctionnement est la seule source rationnelle de progrès thérapeutique pour soigner les affections mentales. Il faut la faire connaître, la soutenir et l'encourager malgré tous les obstacles, matériels ou idéologiques.

PROGRÈS DIVERS

La vraie prévention n'est pas encore possible. Mais grâce aux précautions qu'on pourrait déjà prendre, on s'en rapproche et on peut aussi améliorer les soins.

GÉNÉTIQUE 2

Génétique et environnement s'influencent mutuellement et n'ont chacun de sens que si l'un accompagne l'autre. Génétique n'est donc pas un "gros vilain mot".

VA SAVOIR

Les "psys" professionnels doivent nous dire les causes des psychoses chroniques; quand ces causes ne leur sont pas connues, ils ne devraient pas leur substituer des "raisons" imaginaires.

COMPARAISONS

Les uns sont irresponsables et donc innocents; les autres ont sciemment trangressé les lois. Mais comme les moyens manquent, revalidation d'une part, réhabilitation d'autre part ne sont pas des priorités tant pour les uns que pour les autres, indifféremment.

VA-ET-VIENT

Le va-et-vient est continuel entre options opposées de la psychiatrie ballottée entre partisans et adversaires des médicaments psychotropes.
Question scientifique, de philosophie ou de politique ?

MYSTÈRES

Pourquoi les psychiatres tiennent-ils tant aux côtés sibyllins de leurs "voies" et "discours"? Pour de mystérieuses raisons d'obscure efficacité thérapeutique? Ou pour préserver le mystérieux prestige professionnel? Mystère en effet!

CROYANCES

Les neurosciences apportent désormais les preuves que les affections traditionnellement appelées maladies psychiatriques sont aussi des affections très biologiques neurologiques qui détériorent les neurones et leur fonctionnement dans notre cerveau.

PHYNANCES

La concrétisation du "plan politique pour la psychiatrie" ne semble que peu se soucier des clients mêmes de la psychiatrie. La priorité tragiquement ubuesque est à la "pompe à phynances" et à la "machine à décerveler" d'Alfred Jarry.

DIVORCE NEURO-PSY

En se séparant de la neurologie, la psychiatrie ne pouvait que se confiner dans un imaginaire hypothétique, abstrait et passif, contemplatif et impuissant. Du point de vue médical pratique, diagnostique et thérapeutique, ce divorce n'aurait jamais dû survenir.

L'ESPRIT

L'esprit n'est pas une chose. C'est l'histoire des souvenirs que le cerveau s'invente, conserve et se raconte, et que le monde et le temps ne cessent de modeler.

IMMUNITÉ

Lors du développement cérébral, un indispensable et très normal élagage des boutons synaptiques formés en excès prend place. Produit à différentes périodes, il est le plus marqué à l'adolescence. Le complément (élément de l'immunité innée) en est un des acteurs. Mais une anomalie des gènes qui contrôlent l'activité de son constituant "C4" entraîne, surtout à l'adolescence, un élagage intense excessif des synapses, provoquant ainsi une atrophie de certains territoires cérébraux coïncidant avec l'apparition des symptômes dans 25% des cas de "schizophrénies". On comprend désormais mieux pourquoi les symptômes n'apparaissent que "tardivement", alors que leur cause originelle est génétique et pourtant fort précoce; ils ne sont donc pas dus à une "psychogénèse délétère" subie dans l'enfance, comme certains veulent l'imaginer encore aujourd'hui.

CROIRE SAVOIR

Certains disent savoir plutôt que croire et citent leurs sources de savoir. D'autres prétendent posséder ce savoir, toutefois sans jamais préciser d'où ils le tiennent. Quant à ceux qui ne savent pas mais voudraient bien savoir, comment devraient-ils faire pour savoir qui pouvoir croire en toute confiance?

LE COUPLE CERVEAU-ESPRIT

Le cerveau est une machine vivante créant l'esprit (le sien) et le renouvelant sans cesse. Cette machine est fragile, il faut parfois en rafistoler les pièces détériorées.

PROBLEMES

L'origine génétique des troubles psychotiques chroniques ne peut aujourd'hui plus être mise en doute. Les professionnels de la santé mentale devraient donc s'abstenir d'en attribuer erronément et dogmatiquement la/les cause(s) à d'hypothétiques mauvais traitements subis pendant l'enfance, même si parfois voire souvent les malades s'en sont eux-mêmes persuadés et en restent convaincus.

 


Menu Articles